L’ancien resto Hervium devient un palais de la pétanque indoor

Le Hervium devient un temple de la boule. – Arch. M. Maron

| Publié le 30/12/2020 à 15:04

Le chapitre horeca est bel et bien tourné pour l’ancien restaurant Hervium, à Herve, près du CPH : la société Boogle, qui produit des terrains de pétanque démontables, aménage le bâtiment pour y localiser ses bureaux et un showroom.

Nouvelle vie en perspective pour l’ancien restaurant Villa d’Este, qui était devenu le Hervium, avant de faire faillite et d’être acheté par l’assureur Marcel Maron. Ce bel immeuble qui était jadis nommé Château Bastin va en effet abriter bientôt les bureaux et la salle d’exposition de la société Boogle, qui s’est lancée dans les terrains de pétanque indoor.

À la tête de cette PME : Patrick Neuville. Ce psychologue de formation actif dans le domaine du recrutement est aussi connu pour être à l’origine de tournois de pétanque réunissant des célébrités et des acteurs du monde de l’entreprise. Notamment à Spa, mais aussi ailleurs en Belgique, en France et jusqu’au Maroc.

« Cela m’a permis de rencontrer plein de gens, explique Patrick Neuville. Et parmi eux, une personne qui travaillait dans un projet de boules souples, du même poids qu’une boule en métal. Et cette personne de Carpentras voulait que je développe son projet. »

Patrick Neuville, le patron de Boogle. – T.V.A.

C’est ainsi qu’est née l’idée du terrain Boogle, montable en dix minutes. Avec du gazon synthétique et un cadre en bois ou en métal. Au début, l’idée était de proposer ces terrains aux entreprises et à des institutions. C’est ainsi que le centre de formation de Tubize, en foot, s’est doté, voici deux ans, de son propre terrain devant lequel que les diables rouges sont nombreux à se pointer pour se distraire en attendant les grands rendez-vous. D’autres grosses institutions se sont aussi équipées, comme le CHC ou RTL.

Le confinement nous tombant sur le dos, cette piste indoor est alors apparue comme une solution pour tirer les pensionnaires des maisons de repos de la morosité qui s’installait. Patrick Neuville a ainsi fait fabriquer un modèle plus petit, adapté aux aînés. C’était l’occasion aussi de pratiquer l’ergothérapie sans en avoir l’air. Et l’idée a recueilli un succès énorme. Bérénice, sur Bel-RTL, en a proposé un dans une de ses émissions, lors d’un concours visant les maisons de repos. Et la boule de pétanque a alors eu un effet boule de neige. Elles ont été quelque 130 à se déclarer candidates pour leurs pensionnaires, avant qu’un généreux mécène décide d’offrir un grand nombre de terrains aux demanderesses. Et entre juin et août, une centaine de ces institutions ont ainsi été équipées…

Lors de l’installation d’une piste dans une maison de repos à Binche. À gauche : Patrick Neuville. – Th.D.

Au vu d’un tel emballement, Patrick Neuville s’est dit qu’il fallait des locaux adaptés pour la gestion de l’entreprise ainsi qu’un showroom où l’on pourrait découvrir en vrai ce que ce boulodrome démontable pouvait représenter comme avantages. Le Pepin a alors cherché dans sa région le lieu ad hoc.

« Je cherchais un lieu un peu chic »

« Et je suis tombé sur l’ancien Hervium. Je cherchais un lieu un peu chic, trendy. Au lieu d’avoir un bowling, on y aurait un Boogle house. » Non seulement pour montrer le produit, témoigner de son adaptabilité et des bienfaits qu’il peut représenter pour certaines personnes, mais aussi pour, à l’occasion, organiser des événements, des séminaires… Des particuliers pourraient aussi louer une piste, tout en bénéficiant d’un cadre agréable, avec bar et boissons de qualité.

Le centième terrain destiné à une maison de repos avait été installé à Herstal. – T.V.A.

Il y aurait en permanence quatre terrains dans l’ancien restaurant et un cinquième dans ce qui avait été la cave à vins.

Les travaux d’aménagement sont en cours. « On devrait être prêt à ouvrir fin janvier au plus tard », prévoit Patrick Neuville. Mais il faudra attendre que le Covid nous lâche les baskets avant de débuter réellement les activités de groupe, l’événementiel étant à l’arrêt.

Pas encore de réponses

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.